SOLIDARITES NOUVELLES POUR LE LOGEMENT

Ensemble, agissons pour le logement
  • Accueil
  • ▷ Découvrez notre partenariat avec la Banque Postale en faveur de l’Epargne solidaire
Découvrez notre partenariat avec la Banque Postale en faveur de l’Epargne solidaire

25/03/2019 | Découvrez notre partenariat avec la Banque Postale en faveur de l'Epargne solidaire

Depuis fin 2018, les clients de La Banque Postale peuvent soutenir Solidarités Nouvelles pour le Logement à travers le Service Intérêt Solidaire, produit d’épargne solidaire. Mouna AOUN, Directrice des clientèles Mass market & spécifiques et François BOISSEAU, Responsable du pôle Epargne, nous en disent plus sur l’action de La Banque Postale en faveur de l’engagement solidaire et citoyen.

 Comment la Banque Postale s’engage-t-elle pour l’économie sociale et solidaire ?

Mouna AOUN – La Banque Postale, qui a été créée le 1er janvier 2006, est l’héritière des services financiers de La Poste, groupe multiservice très engagé dans la cohésion sociale et territoriale. Nous sommes des partenaires historiques du secteur de l’économie sociale et solidaire et ces partenariats n’ont fait que grandir au cours des années. Nous sommes la première banque des associations. Plus particulièrement, nous accompagnons les grands acteurs associatifs dans leurs opérations de collecte, avec le Centre financier d’Orléans La Source. Cet engagement social passe aussi par le soutien au logement social, à travers la collecte du Livret A. Nous œuvrons enfin pour plus de cohésion territoriale, en proposant par exemple des services aux collectivités territoriales.

Et plus particulièrement, comment une banque peut-elle agir contre l’exclusion ?

Mouna AOUN – En 2012, nous avons créé le club L’initiative contre l’exclusion bancaire, qui réunit autour de La Banque Postale des acteurs engagés du monde social et associatif. Notre objectif commun est de développer de nouvelles solutions contre l’exclusion bancaire et financière. Ces partenaires agissent dans des secteurs très divers comme le logement, la micro-finance, l’endettement, l’accès aux biens de première nécessité… Ils complètent ainsi mutuellement leurs constats et leur expérience sur les situations de fragilité financière. Ensemble, nous travaillons à la fois sur des mesures d’information et de prévention des difficultés, sur des dispositifs d’accompagnement et l’accessibilité de nos produits bancaires.

La Banque Postale et Solidarités Nouvelles pour le Logement sont aujourd’hui partenaires pour porter l’épargne solidaire. Pourriez-vous m’en dire plus ?

François BOISSEAU – Solidarités Nouvelles pour le Logement fait partie des associations partenaires du Service Intérêt Solidaire. Ce produit est né en 2014 de la volonté de muscler notre offre en matière d’épargne solidaire. Son principe est simple : toute personne détentrice d’un Livret A, d’un Livret de Développement Durable et Solidaire ou d’un Livret d’Epargne Populaire à La Banque Postale peut décider de verser tout ou partie de ses intérêts à une des douze associations d’intérêt général proposées par La Banque Postale. C’est une forme de don, qui bénéficie d’avantages fiscaux, en ouvrant le droit à une réduction d’impôt sur le revenu. La Banque Postale contribue également à ce geste solidaire et citoyen, puisqu’elle verse à chaque association un don complémentaire égal à 10 % des intérêts reversés par les clients. L’association reçoit donc au final un don plus important.

Mouna AOUN – Ce service gratuit et assez inédit car il est alimenté par une assiette très large de produits. Il n’y a pas d’équivalent en termes de livrets éligibles. Nous sommes les premiers à avoir été labellisé Finansol pour un tel service.

Quels autres produits d’épargne solidaire proposez-vous ?

François BOISSEAU – Actuellement 20 millions de livrets peuvent bénéficier du SIS. C’est un service ouvert au grand public, complémentaire de produits solidaires plus spécifiques, comme par exemple les placements financiers labellisés FINANSOL accessibles dans l’assurance-vie et les comptes–titres ou PEA. Nous avons instauré toute une gamme de produits afin de répondre au différents profils de clients, qui ne consacrent pas tous le même effort pour soutenir la finance solidaire.

Mouna AOUN – En effet, il faut nous diversifier. Par exemple, en proposant une carte bancaire affinitaire, aux couleurs d’associations auxquelles le client reverse une partie de ses cotisations.
C’est ce que nous faisons également avec le crowdfunding, ou financement participatif. La plate-forme KissKissBankBank a d’abord été notre partenaire et est aujourd’hui une filiale de La Banque Postale. Elle fédère plus d’un million de donateurs qui cofinancent des projets et rendent possible leur réalisation.
Depuis peu, nous soutenons avec Goodeed une nouvelle façon de faire du don « gratuitement », consistant simplement à ce que l’internaute visionne une publicité pour qu’un don soit reversé à une association. Ce sont autant de véhicules pour solliciter la solidarité du client en fonction de ses moyens et de ses affinités.

Peut-on parler d’engouement sur ces produits d’épargne solidaire ?

Mouna AOUN – On ne peut pas parler de véritable engouement sur les produits financiers, comme sur le crowdfunding par exemple qui permet de choisir le projet particulier que l’on veut soutenir, avec des contreparties affectives ou une perspective de rendement financier. D’autant que ces produits ne sont pas toujours connus du grand public. Et quand un client vient voir sa banque, son premier critère de choix reste la performance du produit. Des opérations telles que la Semaine de la Finance solidaire organisée par Finansol sont très importantes pour nous, car elles mettent en avant ces produits spécifiques.

François BOISSEAU – L’essentiel pour nous est d’être prêt : on sent un décollage de l’attention portée par le public à un produit tel que le SIS. C’est pourquoi il est très important d’avoir le label Finansol pour rassurer le client sur l’usage qui sera fait de son don.

Mouna AOUN – Les associations doivent aussi s’emparer de la communication sur ces produits. Cela a un effet beaucoup plus fort en termes de passage à l’acte quand l’information vient également de l’association bénéficiaire des dons. C’est un supplément nécessaire pour faire croître l’adhésion à ces produits.

Pourquoi avoir choisi de soutenir la cause du mal-logement à travers votre partenariat avec Solidarités Nouvelles pour le Logement ?

 Mouna AOUN – La question du logement est familière de La Banque Postale, à travers la collecte du Livret A qui permet le financement des logements sociaux. Nous avons tissé des partenariats avec des associations agissant dans le mal-logement. Nous sommes convaincus qu’il est primordial de résoudre la problématique du logement pour ensuite travailler sur la réinsertion. Avoir un toit est un premier pas pour faire face à d’autres situations d’exclusion.

Qu’avez-vous envie de dire à ceux et celles qui n’ont pas encore franchi le cap de l’épargne solidaire ?

François BOISSEAU – Je voudrais mettre en avant le caractère simple, automatique et gratuit du SIS, qui permet de donner du sens à son épargne. Le client bénéficie toujours de la liberté de choisir la cause qu’il veut aider, de choisir combien il souhaite donner. C’est une grande souplesse de fonctionnement laissée au client. Notre large palette de produits répond aux différentes sensibilités et au différents profils de clients : chacun peut s’y retrouver et choisir un engagement à sa mesure.