SOLIDARITES NOUVELLES POUR LE LOGEMENT

Ensemble, agissons pour le logement
  • Accueil
  • ▷ TEMOIGNAGE : Maria, locataire SNL en Essonne.
TEMOIGNAGE : Maria, locataire SNL en Essonne.

27/01/2016 | TEMOIGNAGE : Maria, locataire SNL en Essonne.

Maria, 32 ans, est entrée dans un studio SNL en février 2014. Elle y vit avec sa fille Victoria âgée de 5 ans. Son accompagnatrice est allée à sa rencontre.

SNL : Maria, comment te sens-tu depuis ton arrivée dans ce logement ?

Maria : Je me sens à l’aise et beaucoup plus libre. Ici, j’ai commencé à vivre vraiment. Dans la maisonnée il y a des règles à respecter, comme partout. Mais avec les voisins ça se passe bien, on ne se gêne pas. Et puis les accompagnateurs et les bénévoles sont toujours prêts à nous aider, traiter les papiers qu’on reçoit ou faire une réparation dans mon studio. Frédéric, le travailleur social, m’aide vraiment dans mes démarches car je suis malvoyante.

SNL :Qu’est-ce qui a changé par rapport à ta situation précédente ?

Maria : Dans le foyer où j’étais hébergée, c’était stressant et on était comme des enfants. Les éducateurs surveillaient nos entrées et sorties, et il y avait des horaires stricts à respecter. C’est difficile de vivre en communauté : on ne peut pas dormir le soir car il y a du bruit. Si on dort trop longtemps le matin, on n’a pas de petit déjeuner…Et c’est compliqué pour faire à manger, pour laver le linge,…Avant le foyer, j’ai vécu à l’hôtel ou dans des logements d’urgence, c’était encore pire. Et je ne peux pas raconter ce qui s’est passé pour moi et les miens en Afrique, c’est trop triste. J’ai fui la guerre, et ce que j’ai subi a déclenché le problème de mes yeux.

SNL : Et ta fille Victoria, comment vit-elle ce changement ?

Maria : Ca va bien. Maintenant elle peut dormir dès 20 heures. Elle mange ce qu’elle aime. J’ai aménagé mon studio en partageant la pièce en deux, pour qu’elle soit tranquille et dans le noir le soir quand je regarde la télévision. J’ai eu de la chance d’avoir un logement à Verrières près du foyer où je vivais avant, car Victoria a pu rester dans la même école. Ainsi le changement n’a pas été trop difficile pour elle. On me dit à l’école qu’elle est plus calme, plus posée. Elle fait des progrès.

SNL : Qu’est-ce que tu fais dans ton travail chez Etudes et Chantiers ?

Maria : L’entreprise nous fait faire du maraîchage. On va sur le terrain tous les matins, et j’ai pris l’habitude de travailler dehors par tous les temps. De toute façon j’aime bien bouger et c’est un travail que je peux réaliser même avec mon problème de vue.

SNL : Comment vois-tu ton avenir professionnel ?

Maria : Comme j’aime la terre et les plantes, je voudrais travailler dans l’entretien des espaces verts : peut-être que je pourrais trouver un emploi dans ce domaine. Et les horaires permettraient de m’occuper correctement de Victoria. Je sais que je ne pourrai jamais conduire une voiture, mais ce n’est pas grave. Avec Victoria on marche beaucoup, mais c’est bon pour la santé : en fait je devrais dire qu’elle court toujours : car elle est très vive !

Quand je trouverai un logement définitif, j’aurai encore besoin d’aide. Mais il faudra bien que je me débrouille !

Propos reccueillis par Thérèse Moulard

pour « La Lettre aux amis » :  Journal du groupe local de Massy et Verrières